It looks like you are browsing from United States. Please select your region for the best experience.
No thank you

Le karaoké, à la mode depuis toujours ?

Au top de sa forme, le karaoké est devenu l’une des activités prisées du vendredi soir. Les aficionados de l'éclate en musique se précipitent dans les bars karaoké pour se vider la tête et passer un bon moment entre amis, entre collègues… ou au milieu d’inconnus pour les célibataires aguerris. Pourtant, sa côte de popularité n’a pas toujours été aussi haute, même si sa pratique n’en a jamais souffert.

Jetons un coup d'œil à l'histoire de karaoké et aux tendances à travers les années.

Has-been ou has always been ?

Dans les années 1990, le karaoké souffrait d’une image injustement ringarde. Tombé en désuétude, il était devenu aussi hype qu’une soirée bingo, aussi foufou que de jouer au scrabble avec des pâtes-alphabet, aussi fun que du tricot (lui aussi redevenu à la mode, au passage). Pour beaucoup, il était synonyme de chansons has-been, de mauvais goût et de lieux louches…

Sa présence dans des émissions de télévision populaires, comme La Machine à chanter, Fa Si La Chanter ou La Fureur du samedi soir en France, au lieu de porter le phénomène, entretiendra son image un peu kitsch. Peu de chemin semblait avoir été parcouru depuis la première apparition du concept à la fin des années 50 à la télé américaine. À l’époque, Mitch Miller, un musicien, avait eu l’idée du premier programme interactif avec la fameuse petite balle blanche, la « bouncing ball », sautillant de syllabe en syllabe comme un cabri.

C’était avant qu’un ancien vendeur de crêpes japonais (oui, aussi improbable qu’un vendeur de sushis breton), Daisuke Inoue, ne s’empare en 1969 de l’idée. Il la matérialisera en inventant une technologie permettant son accès au plus grand nombre. Et il lui attribuera un nom pour la postérité, le mystérieusement poétique « karaoké », soit « orchestre vide ». Lire l'histoire du karaoké.

Le tournant

Même s’il ne peut se réduire à cela, le basculement d’un extrême à l’autre de l’échelle de la « coolitude » a notamment été son apparition dans les films comme Lost in Translation, mettant en vedette l’acteur culte Bill Murray et l’actrice au top du glamour, Scarlett Johansson. La pluie de récompenses qui l’accueillera en 2004 – trois Golden Globes et un Oscar – participera à sa popularité et rejaillira sur celle des karaokés mis en vedette dans une scène mémorable du film. Ce qui fit le plus grand bien, c'était le choix des morceaux : Brass in Pocket The Pretenders et (What's So Funny 'Bout) Peace, Love, and Understanding de Elvis Costello. Preuve s’il en était besoin, que le karaoké ne se réduit pas à la La danse des canards ou La zoubida.

Si le cinéma a fait sa part dans la reconquête des cœurs par le karaoké, c’est maintenant ce dernier qui lui rend la pareille : ainsi, La La Land, immense succès populaire et critique, est même ressorti en salles… en version karaoké ! Et le phénomène n’est pas ponctuel : en Angleterre, ces séances de cinéma-karaoké accueillent de plus en plus de monde, les gens arrivent déguisés selon le thème du film, etc.

De Adele à Axl

Parallèlement, depuis le début des années 2000, les karaokés box et autres bars à karaokés ont investi les grandes villes du monde entier et ne désemplissent pas. Pour les plus connus : Lucky Voice en Angleterre, le premier (et l'unique) bar KaraFun officiel (le plus grand d'Europe), Blind Dragon aux USA, etc. Si l’on est encore loin du Japon qui compte près de 100 000 karaoké box, les établissements fleurissent massivement.

Outre l’effet de mode, la possibilité avec les karaoké box de partager ce moment entre amis plutôt que devant des inconnus et de ne pas avoir à attendre son tour pendant des plombes, a fait beaucoup pour son retour en grâce. Sans compter l’effort porté sur les playlists, de plus en plus larges et actualisées, que ce soit dans ces établissements ou sur le net comme avec KaraFun.

Preuve de cette incroyable vitalité du karaoké, les plus grandes stars de la musique s’y mettent toutes et se bousculent au portillon – à la portière en l’occurrence - pour participer à l’émission Carpool Karaoke de James Corden, de Adele à Paul McCartney en passant par Justin Bieber, Elton John et même Lady Gaga, qui prennent un plaisir non feint à réinterpréter leurs chansons à tue-tête, comme nous tous !

Vivez une expérience karaoké au top avec notre catalogue de 49 000 titres !

Découvrir KaraFun

Ça devrait vous plaire …