Karaoké L'amitié Les Enfoirés

Karaoké L'amitié Les Enfoirés

3:28
Tonalité identique à l'original : Do

Lire le karaoké de L'amitié

Paroles de L'amitié

Beaucoup de mes amis sont venus des nuages
Avec soleil et pluie comme simples bagages
Ils ont fait la saison des amitiés sincères
La plus belle saison des quatres de la Terre
Ils ont cette douceur des plus beaux paysages
Et la fidélité des oiseaux de passage
Dans leur coeur est gravée une infinie tendresse
Mais parfois dans leurs yeux se glisse la tristesse
Alors ils viennent
Alors ils viennent se chauffer chez moi se chauffer chez moi
Et toi aussi tu viendras
Et toi aussi tu viendras
Tu pourras repartir au fin fond des nuages
Et de nouveau sourire à bien d'autres visages
Donner autour de toi un peu de ta tendresse
Lorsqu'un autre voudra te cacher sa tristesse
Comme l'on ne sait pas
Comme l'on ne sait pas ce que la vie nous donne ce que la vie nous donne
Qu'il se peut qu'à mon tour je ne sois plus personne
S'il me reste un ami qui vraiment me comprenne
J'oublierai à la fois mes larmes et mes peines
Alors peut-être
Alors peut-être je viendrai chez toi je viendrai chez toi
Chauffer mon cœur à ton bois
Chauffer mon cœur à ton bois
Comme l'on ne sait pas
Comme l'on ne sait pas ce que la vie nous donne ce que la vie nous donne
Qu'il se peut qu'à mon tour
Qu'il se peut qu'à mon tour je ne sois plus personne je ne sois plus personne
S'il me reste un ami
S'il me reste un ami qui vraiment me comprenne qui vraiment me comprenne
J'oublierai à la fois mes larmes
J'oublierai à la fois mes larmes et mes peines et mes peines
Alors peut-être
Alors peut-être je viendrai chez toi je viendrai chez toi
Chauffer mon cœur
Chauffer à ton bois
Alors peut-être
Alors peut-être je viendrai chez toi je viendrai chez toi
Chauffer mon cœur à ton bois
Chauffer mon cœur à ton bois

Toute reproduction interdite

Voir les paroles Signaler une erreur dans les paroles

Signaler une erreur dans les paroles

Envoyer Annuler

Discuter de L'amitié

Connectez-vous pour laisser un commentaire.

Vous aimerez peut-être...